Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Ces quatre géraniums proviennent des Iles Canaries et de Madère. Tous sont de piètre rusticité et ne résistent guère au froid hivernal. Ces plantes superbes forment des rosettes de feuilles amples, très découpées et aromatiques, comme de grandes herbes-à-Robert.





    G. maderense
Geranium maderense photographé au Clos du Coudray




Geranium maderense est originaire des forêts de lauriers de l'île de Madère où il est aujourd'hui menacé d'extinction. Cette herbe-à-Robert géante, probablement le plus grand des géraniums vivaces, forme un dôme de très grandes feuilles vert foncé, brillantes, profondément découpées et portées par de longs pétioles brun-rouge qui s'appuient sur le sol afin de supporter ce feuillage imposant. Cette espèce met trois, voire quatre ans pour atteindre sa maturité ; mais le moment venu, au sortir de l'hiver, de cette rosette impressionnante sur un tronc de 60 cm, s'élève une énorme inflorescence composée de centaines de fleurs rose-pourpre avec des veines légèrement plus sombres et un centre pourpre foncé, portées par des tiges pourpres, poilues et collantes ; la plante atteint alors près d'un mètre de hauteur. Somptueux ! La floraison commence au début du printemps et se poursuit jusqu'au milieu de l'été mais hélas, ce prodigieux feu d'artifice épuise la plante qui s'effondre et meurt après une unique mais abondante fructification. Nous cultivons ce géranium très sensible au froid dans un grand pot que nous rentrons à l'abri dès les premières gelées.





G. palmatum



Geranium palmatum est le plus rustique de tous. Les grandes feuilles, profondément découpées, sont portées par de longs pétioles qui, lorsque ces dernières sont fanées, servent de tuteur à la plante. Dès le mois de juin, de hautes tiges portent une profusion de fleurs roses au cœur plus foncé. Dans notre jardin, une partie seulement des G. palmatum cultivés en pleine terre survit à nos hivers ; cependant, ils se ressèment et de nouvelles plantes apparaissent au printemps.





G. reuteri



Geranium reuteri est originaire des Iles Canaries ; on le trouve dans les endroits humides et partiellement ombragés. Durant l'automne et l'hiver, cette herbe-à-Robert géante développe une superbe rosette de très grandes feuilles aromatiques, vert foncé teinté de rouge, profondément découpées et portées par de courtes tiges brun-rouge. Dès le mois d'avril, la plante produit de somptueuses inflorescences ramifiées atteignant 40 à 60 cm de hauteur, composées de très nombreuses fleurs rose foncé avec des veines sombres et des anthères rouges ; les pétales, bien séparés, ont un revers crème. Cette espèce guère rustique survit rarement à nos hivers, aussi la cultivons-nous en pot que nous rentrons à l'abri du gel.





G. yeoi



Geranium yeoi (G. rubescens) est une plante bisannuelle qui ressemble à un gigantesque G. robertianum. Il forme une rosette de feuilles très découpées qui deviennent rouges en automne. Les fleurs, abondantes du printemps aux premières gelées, sont rouge pourpre. Ce géranium s'est naturalisé dans notre jardin, dans les endroits plutôt secs et abrités, où il se ressème volontiers.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Notre Blog

  • : Le blog du Jardin de la Salamandre
  • Le blog du Jardin de la Salamandre
  • Contact